POESIE Suite...

Publié le par D LABEYRIE

L’elfe
 
 
Ma Douce fleur de ce lis, ta beauté n’a d’égale
 
Tes yeux de saphir  reflètent la beauté du
 
Monde éternel  et tes cheveux  sont étendus
 
Sur tout l’espace de ton dos comme des pétales.
 
 
Ton parfum nous caresse le nez à ton approche,
 
Le bruit de ta robe au vent s’entend à des milles
 
Ta force est comme un morceau de roche
 
Taillée par  les plus grands sculpteurs de notre ville.
 
 
Même si ta taille et ton caractère ne s’imposent point
 
Ton intelligence est celle d’Ulysse , pas moins
 
Que ta ruse, longue soit ta vie immortelle
 
Ta beauté restera  à jamais éternelle…
 
 
                                                               Anonyme
 
SOUS LES FEUX BRÛLANTS
 
 
 
Sous les feux brûlants des rencontres  éternelles
Semble s’ouvrir un paradis dont l’univers est bleu.
 
 
Une île paresseuse où la nature donne
Des fruits singuliers et des fruits savoureux.
 
 
Le miel est le parfum  des femelles
Qui les rendent si belles .
 
 
Sur chaque planète sont gravés
Les sons de chaque trompette.
 
 
Le reflet de l’étoile filante porte
Sur chaque œil, sur chaque passage.
 
 
Un rayon de ciel triste est comme un long fil
Qui ne se brise qu’à la mort.
 
 
Côte à côte, le long des chemins
Tenez-vous par les mains.
 
 
                                                                                         Lidsai Nirikani  -  1°  STT AAC
 
Comme une rose
Je suis comme une rose
Lorsqu'elle rend le ciel
Jaloux de sa vive couleur
Embaumant les nuages d'odeur.
Ainsi, en sa première et jeune nouveauté
Elle domine la terre et le ciel
Qui lui paraissent si cruels
Envers les apparences du monde.
Son parfum couvre tout être approché
Chaque pétale fané ne sera
Que cendres de bonheur.
Chaque feuille morte ne sera
Que malheurs décédés.
Elle est l'étoile à trente-deux branches Indiquant les aires du vent
Appelée : rose des vents
Elle est l'agglomération de cristaux de gypse
Appelée : rose des sables
Elle est aussi la rose trémière
Appelée : primerose, passerose
L'image d'une rose est naît d'une fraîcheur, Fameuse, célèbre et renommée
Afin que, vif et mort, son corps ne soit que rose.
 
                                                                                           Lidsai Nirikani  -  1°  STT AAC
 
Un nouvel élève
 
Délaissé dans la classe comme on laisse  passer un  courant d'air
 
Après de brèves présentations le regard dirigé par terre
Ignoré par le professeur
 
Les yeux étrangers braqués sur lui, Ô malheur !
Tels le balai d'un phare, mais nul son ne s’échappait, Hormis la craie moqueuse rayant le tableau raturé.
 
Puis au son de la cloche qui sonna,
Papier de verre contre tissu en soie,
Au fond de la cour il alla se blottir
Traqué comme une proie il devint le martyr
Si étranger aux regards des autres,
Lui qui avait espéré être traité comme un hôte
Il se voit sombrer dans la désespérance
Mais qui donc ralentira cette infernale cadence ?
 
                                                         Zoé  MAUGERE  2° E
 
 
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article